2015: les 10 ans de la disparition de Grisélidis Real

 

La commémoration des dix ans de la disparition de Grisélidis Réal a eu lieu au cimetière des Rois le samedi 30 mai 2015.

Célébration qui coïncide avec la décision du Conseil administratif, prise à l’unanimité, qui a enfin accepté la sculpture de Jo Fontaine comme

stèle à la sépulture de Grisélidis Réal. Cela tombe bien !

Mais regardez plutôt le journal de Léman Bleu et lisez les articles de la Tribune de Genève (Couverture) et du Matin Dimanche qui ont honoré sa mémoire. 

 

 

2012: les 30 ans d'Aspasie

 

 1er  décembre 2011 au 15 janvier 2012 : Bains des plaisirs, le Calendrier de l’Avent 2011 des Bains des Pâquis          

« … Il faut que l’Art soit partout : sur les trottoirs, dans les ateliers, dans les cerveaux et dans les culs, dans les alcôves, dans les livres et dans les tableaux, et chante sa musique de grandes orgues humaines parfois transformée en valse musette au printemps, qu’il fasse éclater les murs et danser le soleil ! » Grisélidis Réal

 reportage de la TSR     article Gauche Hebdo

 

Une mise en « cabines » développée sur la thématique de la prostitution. 25 artistes  dont des travailleuses du sexe, et 10 duos travailleurs du sexe -photographes, ont reçu carte blanche et prennent la parole en investissant les cabines des « Bains des Pâquis ». Un véritable maelström créatif qui bouscule les idées reçues, où la représentation d’un univers glauque n’est pas inévitablement de mise. Une invitation à porter un regard différent sur celles et ceux qui travaillent à 100 mètres d’ici, et que vous ne connaissez peut-être pas. Elles/ils seront présent-e-s au vernissage du vestiaire le 1er décembre prochain, devenu pour l’occasion une antichambre mystérieuse, et lèveront le voile de la première cabine du calendrier, non sans pudeur.
A mesure que l’almanach s’effeuillera, des créateurs de toutes tendances artistiques exposeront graduellement sous nos yeux ébahis, leurs alcôves secrètes, non sans une certaine fierté. Chaque soir une porte ouverte sur l’intimité de la prostitution ou l’idée que l’on s’en fait. La créativité jubilatoire qui s’en dégagera exhalera vos sens ! 

 

 

Discours inaugural du calendrier de l’Avent aux Bains des Pâquis, 1.12.2011

 

BainsPlaisirsVernissage

 

Bonsoir mesdames et messieurs.
Bonsoir Madame Dreifuss, bonsoir Monsieur Kanaan,

Merci d’être tous ici. Je suis Angelina, une travailleuse du sexe aux Pâquis. 
Aujourd’hui débute les festivités des 30 ans d’Aspasie.
Pour nous prostituées des Pâquis, Aspasie est presque l’unique lien avec le monde extérieur, ils nous soutiennent à chaque fois que nous faisons appel à eux, avec une infinie patience. Je profite de cette occasion pour remercier Aspasie de tout cœur au nom de nous toutes. Je suis l’unique prostituée qui accepte de parler aujourd’hui.
Les raisons sont multiples, la peur d’être reconnue devant tout le monde en tant que prostituée, la plupart d’entre nous ne mélange pas vie privée et travail.
On est une prostituée seulement au moment où l’on met les talons. J’aimerais que cette exposition vous aide à comprendre que la prostitution est un travail comme n’importe quel autre, avec des horaires, un lieu de travail, avec un revenu et des frais à payer, des collègues, des jours avec des hauts et des bas comme dans tous les autres travails.
Mais le regard vers nous n’est pas le même, nous sommes confrontés quotidiennement aux préjugés, à la discrimination et au mépris. Et malgré tout cela, nous continuons soit par nécessité, soit par choix comme « la poste »… avec la pluie et le soleil.
Nous ne sommes pas seulement des prostituées, nous sommes aussi des mères, des sœurs, des filles, des amies, comme vous tous. Nous sommes des personnes.
J’aimerais que cette exposition vous permette d’ouvrir votre esprit sur la réalité de notre monde, de mieux nous comprendre et si cela est possible d’effacer vos préjugés.
On ne mord pas vous savez. 
J’aimerais terminer en remerciant le Groupe Animation Culturelle des Bains des Pâquis pour leur disponibilité et leur ouverture d’esprit. Merci à tous.

 

 

21 mars au 20 avril 2012

Expo Photos aux Bains des Pâquis (24h de la vie d’une travailleuse du sexe des Pâquis). Sur la thématique de la prostitution, douze photographies géantes seront exposées sur la jetée promenade des Bains des Pâquis.  Une Travailleuse du sexe présente son quotidien.   Tribune de Genève     Le Courrier

 

 

1er juin 2012 à 20h30

Débat «Prostitution et syndicalisme» à la salle du Môle au cœur des Pâquis. L’idée de créer des syndicats dans l’industrie du sexe est relativement récente, puisqu’il fallait d’abord reconnaître cette activité comme un travail. Et aujourd’hui, en Suisse, à Genève, quelle est la situation, la réalité, les besoins des personnes qui se prostituent ?  Qui revendique quoi et comment ? Un débat animé en perspective !

Vidéo du débat

 

 

2 juin 2012

« Bal du bitume » au temple des Pâquis (Co-organisé avec Dialogai)           

A l’occasion des 30 ans d’Aspasie et de Dialogai, un spectacle avec des animations diverses et variées combinés avec un «dancefloor» proposant différents types de musiques, a accueilli le 2 juin dernier un large public au cœur des Pâquis. Pour cet évènement exceptionnel, le Temple des Pâquis a revêtu avec éclat ses plus beaux habits de son et de lumière. L’espace d’une soirée, une opportunité d’échange avec comme dénominateur commun une musique qui transcende les genre. Un moment festif unique de communion…  

   Film

 

 

13 au 19 juin 2012 

Semaine du cinéma sur la prostitution au Grütli
Présentation d’une sélection de films mythiques qui abordent le thème de la prostitution. Deux séances par soir à 19h et 21h. Deux projections-débats le 17 juin en présence des travailleuses du sexe, protagonistes des films.

BB   Flyer et Horaires     Explicatif des films


 

4 octobre 2012 à 18 heures, Vernissage du livret

"Sexe aux Pâquis, entre clameurs et bruissements"

 flyersexeauxpaquis recto flyersexeauxpaquis verso  à la Galerie Papiers Gras

Dix travailleuses du sexe s’expriment librement et révèlent avec violence leurs ressentis, leurs indignations, leurs révoltes mais aussi leurs enchantements. Conditions de travail, concurrence, logement, usure et insécurité sont les dénominateurs communs de leurs discours. Mais elles parlent aussi de leurs projets de vies où se mêlent espérance et désillusion. Pour enrichir ces propos empreints de dignité, dix graphistes ont carte blanche pour illustrer avec force ces réalités pluriels. 

 

 

06 novembre 2012, Danseuses de cabaret

Le conseil fédéral aimerait supprimer l’autorisation de travail pour les danseuses de cabarets originaires de pays tiers (hors EU et AELE).

Voici la prise de position d’Aspasie . La consultation étant terminée, le conseil fédéral devrait se prononcer d’ici la fin de l’année.

 

 

---

 

1982-2011

 

5 mai 1982

Assemblée constitutive d'ASPASIE. Grisélidis Réal  compte parmi les membres fondateurs de l'association.  En juin le Grand Conseil accepte le rapport demandant l'abolition du délai imposé aux prostituées pour obtenir le "Certificat de bonne vie et mœurs".

1985

ASPASIE déménage à la rue Charles-Cusin 10.

Participation au premier Congrès Mondial des Prostituées à Amsterdam.

1986

Opposition de quelques prostituées qui considèrent le débat autour du sida stigmatisant. Elles priorisent la défense des droits citoyens, interpellent les pouvoirs publics et créent ANAIS, association par et pour les prostituées.

1987

Les travailleuses du sexe adressent une lettre à leurs clients valorisant l'usage du préservatif.

ASPASIE fête ses 5 ans et pubie son premier numéro du journal LE MOT DE PASSE.

 

15 décembre 1988

Le Grand Conseil Genevois vote le projet de loi permettant aux prostituées d’obtenir sans délai leur Certificat de bonne vie et mœurs.

1989

Les femmes qui exercent le travail du sexe dans l'immeuble des Glacis-de-Rive protestent contre les loyers abusifs. A plusieurs reprises, elles défendent leurs droits d'y demeurer et d'y travailler (1994, 2003). En 2004, leur évacuation est annulée: l’idée de déloger un groupe de locataires au profit d’un autre a été considérée comme discriminatoire.

1990

Congrès de la fédération abolitionniste internationale au Palais des Nations à Genève. ASPASIE organise un débat contradictoire aux Pâquis : "prostitution, contraintes et libertés", afin de différencier la prostitution forcée des mineurs et des femmes, de la prostitution librement consentie. Ce débat abouti à une pétition internationale.

1991

Débat à l'université de Genève avec Grisélidis Real et présentation du film d'I. Feferman: "Une mère pour les autres" qui traite de l'aspect maternel chez les prostituées.

1992

Dans la révision du Code pénal suisse le "contraire aux bonnes mœurs », est remplacé par « l’atteinte à l'intégrité sexuelle »,  une amélioration qui met en avant le respect de la libre détermination en matière sexuelle.

1993

Début du projet de prévention "Femmes de l'Est" pour les danseuses de cabaret.

Réflexion avec le Groupe Sida Genève sur la réduction des risques pour les personnes qui consomment des drogues et se prostituent.

13 juillet 1994

Entrée en vigueur du règlement genevois relatif à l’exercice de la prostitution. La Brigade des Mœurs informe les prostituées genevoises qu'elles doivent s'enregistrer à la police. Pour certaines, cette mesure est rassurante, pour d'autres cela représente une atteinte à l'autonomie et une stigmatisation des travailleuses du sexe.

1996

Lancement de deux projets de prévention liées à la lutte contre le VIH avec des équipes paritaires comprenant travailleurs sociaux et travailleuses du sexe: le bus BOULEVARDS d'accueil de nuit (réduction des risques, prévention, échange de seringues), et ASPASIE PREVENTION MIGRANTES (APM, APIS, Barfüsserfrauen) pour les femmes migrantes qui se prostituent.

Première participation au réseau européen TAMPEP à Turin.

Dépôt de la motion Castioni et Torracinta-Pache au Grand Conseil concernant l’exploitation de la prostitution par autrui.

1997

Première campagne de vaccination expérimentale gratuite et anonyme contre l’hépatite B.

1998

Première commission pluridisciplinaire sur la prostitution sous la direction du Département de Justice et Police à Genève. Participation à la XIIème Conférence Mondiale du Sida à Genève. ASPASIE organise une journée "off", débat international à la Traverse et "Nuit du Bitume", grande fête au Palladium.

La publication du livre autobiographique de Nicole Castioni « Le soleil au bout de la nuit » provoque un mouvement de protestation. Quelques femmes prostituées, co-fondatrices d'Aspasie, demandent la démission de la présidente et créent l'association ASTARTE.

1999

Mme Ruth DREIFUSS, Présidente de la Confédération Suisse, passe la soirée à ASPASIE et la nuit à BOULEVARDS, à la rencontre des personnes qui se prostituent.

2000

Signature de la charte de PROCORE, réseau suisse qui défend les intérêts des travailleuses et travailleurs du sexe.

Déménagement d'ASPASIE dans les nouveaux locaux à la rue de Monthoux 36.

2001

Première action DON JUAN de prévention des infections sexuellement transmissibles et d'éducation des clients du sexe tarifé.

2002

Pétition des femmes des Pâquis adressée au chef du Département de Justice et Police, concernant le climat de violences et d’exploitation dans le quartier.

Entrée en vigueur de la Convention des Nations Unies de 2000 contre la criminalité transnationale et du Protocole additionnel contre le trafic illicite de migrants.

2003

Le projet Male Sex Work (MSW) de prévention et soutien aux hommes qui se prostituent, s'intègre à ASPASIE. Premier site internet suisse de prévention pour travailleurs du sexe masculins.

Pour soutenir les travailleuses du sexe, ASPASIE publie la brochure « fellation toujours avec préservatifs ».

2004

Meurtre d'Isabella dans le quartier des Pâquis.

Début de l'étude sur la violence dans les métiers du sexe à Genève, financé par le Fonds Violence du Conseil d'Etat.


01 juin 2004

Entrée en vigueur de l’Ordonnance sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l'Union Européenne.

31 mai 2005

Décès de Grisélidis Réal.
Délégation suisse d'ASPASIE et PROCORE au forum XXX à Montréal et à la Conférence européenne du Travail du Sexe, des Droits de l'Homme et de la migration à Bruxelles (www.sexworkeurope.org).  

2006

Interventions intensifiées dans des débats publics, formations d'étudiants, journalistes, et participation à la conférence « Protecting workers in the sex industry » au BIT/ILO. Journée Grisélidis Réal au Théâtre de Poche: lectures, projections, témoignages.

2007

ASPASIE fête ses 25 ans: projection du film "Muerta de une Puta" au festival du film international pour les droits humains. Projection offerte au public du film « Princesas » au cinéma Broadway. Apéro offert au Twenty avec le groupe Safer Sax. Assemblée générale à l'AMR avec concert de Patricia Tondreau. Inauguration de la campagne contre les violences dans le travail du sexe.

Première manifestation publique en Suisse pour la journée mondiale des personnes prostituées et visite guidée à l’exposition SEXARBEIT à Berne.

Sortie de la brochure « Parlons TRANS » en collaboration avec l’association 360°.

Et cerise sur le gâteau: Aspasie gagne le prix special du Pourcent culturel Migros!

2008

En collaboration avec l'Usine, création de la pièce de théâtre "Les Experts" sur le concept de La Traite des Etres Humains qui a une histoire complexe et fort manipulée.
Actions Don Juan de prévention spécifique lors de l'euro foot: fairplay pour les clients du sexe tarifé.

Création de l'association Centre Grisélidis Réal: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Création du groupe de travail Fair Sexwork et ecriture des recommandations FxW.ch pour un travail du sexe respectueux de tous.

2009

Lancement du site www.fairsexwork.ch avec le soutien de l'Aide suisse contre le Sida

Lancement du site www.sexworkinfo.net

Une délégation de travailleuses du sexe se rend aux "Assises de de la Prostitution" à Paris.

 

17 décembre 2009

Adoption par le Grand Conseil de la LProst, Loi genevoise sur la prostitution.

 

14 avril 2010

Adoption du règlement d'application de la LProst: le RProst.

 

01  mai 2010

Entrée en vigueur de la LProst et du RProst.

 

12 avril 2011

Le recours auprès du Tribunal Fédéral concernant la LProst a été partiellement admis. Pour plus d'info consultez note page LProst. Vous pouvez également consulter en ligne l'arrêt du Tribunal Fédéral (TF).

 

Jeudi 20 octobre 2011 à 18h, 44 rue du Poteau, 75018 Paris

Soirée autour de Grisélidis Réal en présence de son fils Igor, de Jean.-Luc Hennig pour «Grisélidis courtisane», et à l'occasion de la sortie de ses Mémoires de l'Inachevé, présentés par Y. Pagès et J. Guyon des Editions Verticales. Lecture par Agnès Sourdillon.

http://www.dixhuitinfo.com/humeur-vagabonde

 

Vendredi 21 octobre 2011 à 17H30 à la librairie du Boulevard

Présentation du livre posthume de Grisélidis Réal «Mémoires de l’inachevé» en présence de son fils Igor et d’autres membres de sa famille ainsi que de l’éditeur, Yves Pages (Editions Verticales: à paraitre / événements) et deLiliane Maury Pasquier, conseillère aux Etats. Présentation également de la réédition du livre de Jean-Luc Henning, «Grisélidis courtisane» en présence de l’auteur. Pour l’occasion un apéro d'auteur fut organisé le 21 octobre 2011 à 17H30 à la Librairie du Boulevard, 34 rue de Carouge, 1205 Genève

 

 

Discours de Liliane Maury Pasquier, Conseillère aux Etats et Membre d’honneur d’Aspasie

 Au-delà du trottoir, un carrefour


La parution du livre posthume de Grisélidis Réal et la réédition de son portrait par Jean-Luc Hennig apportent deux pierres d’un coup au béton du trottoir. Le « trottoir », couramment dit, c’est celui arpenté par les personnes qui exercent le travail du sexe. En donnant la parole à celle qui revendiquait son métier de prostituée, ces deux livres contribuent à rendre toutes ces personnes visibles, audibles et tout simplement humaines. Elles qui sont en pleine rue et pourtant ignorées. Elles qui font le plus vieux métier du monde mais aussi le plus tabou. Elles qui travaillent au cœur, au corps de notre société, dans un secteur économique légal, mais qui sont jugées et exclues. 
Certes, la sexualité s’est libérée depuis les « seventies » et on parle de prostitution. Mais encore faut-il voir comment : la plupart du temps, le discours est extérieur, réprobateur, stigmatisant. Ces deux livres donnent à voir que nous marchons toutes et tous sur les mêmes trottoirs. A travers la voix de Grisélidis Réal – ouvreuse de voie s’il en est – ils montrent, au-delà des clichés, ce qui nous ressemble et nous rassemble toutes et tous, dans l’éclat de nos différences : la même étoffe humaine, les mêmes désirs, les mêmes besoins.
Au-delà du trottoir, ces livres sont donc un carrefour, un point de rencontre entre les êtres. Cet esprit de rencontre, d’ouverture et d’accueil de l’autre tel qu’il est, telle qu’elle est, fait cruellement défaut à la Suisse d’aujourd’hui. Le repli, le soupçon et l’exclusion l’emportent trop souvent sur le liant social, attisés par des forces politiques populistes et polémistes. C’est pourquoi nous avons besoin de mouvements comme Aspasie, qui nous mettent en chemin vers une société plus solidaire, où chacune et chacun ait sa place. En promouvant la reconnaissance des personnes qui exercent le travail du sexe, l’association favorise leur accès aux droits fondamentaux. Elle réduit les risques d’exploitation, d’abus et de violences. En tant que membre d’honneur, je soutiens cette mission, qui correspond pleinement à mes convictions de politicienne engagée pour une société plus juste, mais aussi de féministe et de sage-femme impliquée depuis longtemps dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive.
Ancrée dans la rue, Aspasie a donc un rôle et une place dans la cité. Elle participe à faire de Genève une ville plus unie, plus sereine. Elle s’en va à la rencontre des personnes concernées par son action, notamment avec ses bus Boulevards. Un nom qu’elle partage avec la librairie du Boulevard. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard : cette librairie a, elle aussi, pignon sur rue. Bien plus qu’un magasin de livres, elle est, elle aussi, un lieu de rencontres. Bien différente d’une entreprise classique, elle fonctionne, elle aussi, en mode collectif. Elle fait se rencontrer les êtres et les lettres, donnant au livre toute sa dimension sociale. En tant que politicienne engagée pour le soutien à la culture qui nous rassemble, je dis « vive ce beau travail ! ».
La rue est à vous, à nous, à tout le monde. L’avenir de la cité, du canton et du pays aussi. Faisons plus que nous croiser et courir en tous sens : rencontrons-nous, engageons-nous, lisons, parlons, vivons ! Grisélidis Réal, qui a mêlé, en une vie intense, l’écriture au combat pour la reconnaissance de la prostitution, nous montre par son exemple que des chemins divers, mais toujours partagés avec d’autres, qu’ils soient artistiques ou politiques, associatifs ou amicaux, mènent à une même destination. Une destination qui peut s’appeler justice, amour ou vérité.

 

 

Discours de «  Luce » de la librairie du Boulevard

Bienvenu à toutes et à tous pour marquer la parution de « Mémoires de l’inachevé » et la réédition de « Grisélidis courtisane » de Jean-Luc Hennig, les 2 aux éditions Verticales.
C’est toujours avec un grand bonheur et une émotion toute particulière que nous vous accueillons ici à la librairie du Boulevard autour de l’œuvre et aussi du souvenir de Grisélidis Réal.
Ecrivaine talentueuse, elle aimait beaucoup les livres. Et durant des années, elle a fréquenté notre librairie, cherchant de ses yeux vifs des textes qui pouvaient l’intéresser, qui pourraient nourrir son indignation. Car Grisélidis fut toute sa vie une indignée.
Et quand elle tombait sur un livre qui l’interpellait spécialement. Elle s’empressait d’en passer commande en quantité pour les distribuer à ses clients. « Merci de me livrer dans mon studio » demandait-elle, « car le facteur n’aime pas trop y monter ».
De notre côté, « Le noir e4st une couleur » a joui d’une place de choix dans nos rayons, chez Bertil Galland, aux éditions d’En-Bas, Verticales et folio, tout un chemin pour un seul livre !
Grisélidis aimait aussi la poésie et écrivait elle-même des poèmes. Avec la maladie, ses petits pas l’amenaient avec toujours un peu plus de peine à la librairie, accompagnée de ses petits chiens, puis seule. Et lorsque Grisélidis, à son ultime passage, m’offrit son dernier recueil de poèmes, c’était en fait un cadeau d’adieu. Merci Grisélidis !
Je suis pour ma part contente que l’on t’ait fait une place au cimetière des Rois de Plainpalais. C’est un lieu de cette ville que j’aime pour sa poésie, et quand je m’y rends et passe devant pas mal de tombes de gens dont les noms ne me parlent pas vraiment (moi immigrée à Genève), ça m’amuse de venir te faire un petit coucou, et à Borges aussi !

 

Samedi 22 octobre 2011 de 16H à 18H30 à la librairie « Des livres et moi » à Martigny(VS)

Présentation du livre posthume de Grisélidis Réal «Mémoires de l’inachevé» en présence de ses fils Igor et d’Aurélien ainsi que de l’éditeur, Yves Pages (Editions Verticales: à paraitre / événements). Présentation également de la réédition du livre de Jean-Luc Henning, «Grisélidis courtisane» en présence de l’auteur.

http://www.des-livres-et-moi.ch/index.html

 

Samedi 22 octobre 2011 à 21H au Théâtre Le Poche en vieille ville de Genève

Une "Nuit de la passe" , une lecture du livre « La passe imaginaire » sera  lu dans son intégralité par différentes comédiennes qui se relayeront sur scène durant la toute nuit. Cet évènement exceptionnel est organisé le 22 octobre prochain à 21H au Théâtre Le Poche en vieille Ville de Genève, 4 rue de la Boulangerie, 1204 Genève

 

15 décembre 2011: International Day to End Violence Against Sex Workers, Londres

At the occasion of the international day to end violence against sex workers, a candle vigil walk through Soho is organised to remember sex workers who were murdered or victims of violence. The walk will start from Piccadilly circus and end in Congress House. There will be free drinks offered with speeches from sex worker activists and trade unions people as well as a presentation about sex workers' unionisation.
The theme of the event is "unionisation as a mean to stop violence'. film n°1 & n°2

 

15 décembre 2011: Journée internationale de lutte contre les violences faites aux travailleuses du sexe, Cabiria lance une campagne d’interpellation en direction des député-e-s.

À cette date, les prostituées et les travailleuses du sexe se rassemblent, à Lyon ou ailleurs, soutenues par Cabiria ou d’autres associations, pour dénoncer les violences qui leurs sont faites et perpétuer la mémoire de celles qui ont été assassinées au travail. Les travailleuses du sexe veulent dénoncer les violences physiques dont elles sont la cible, les agressions, les viols, les meurtres. Mais elles veulent aussi que les violences institutionnelles et symboliques qu’elles subissent soient rendues visibles : jugement moral, pression à l’arrêt de l’activité, discrédit systématique de leur parole, harcèlement policier, pénalisation du racolage… Suite

 

 

Cette sélection d'événements ayant marqué l'histoire d'Aspasie est subjective et certainement partielle ...

Vous désirez compléter l'historique? Envoyez vos suggestions à This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. Merci.